Le Labo de l’ESS est un think tank qui construit, par un travail collaboratif, des axes structurants de l’économie sociale et solidaire, à partir d’initiatives concrètes, innovantes et inspirantes issues des territoires.

Accueil > Thématiques > Le saviez-vous ? > Le tourisme solidaire répond aux aspirations des voyageurs d’aujourd’hui

Le tourisme solidaire répond aux aspirations des voyageurs d’aujourd’hui

Impression ForumPublié le 21 juillet 2016 

Le tourisme est une activité contributrice de développement économique et peut, dans certains pays, représenter une part prépondérante voire unique d’entrée de devises. Un tourisme alternatif a émergé ces dernières années et attire de plus en plus de voyageurs : « le tourisme solidaire ». Activité touristique respectueuse de l’environnement naturel et culturel, le tourisme solidaire privilégie la rencontre et l’échange et participe de manière éthique à un développement local.

Avec 1.2 milliard de touristes dans le monde, le secteur du tourisme représente 10% du PIB mondial devenant une activité incontournable de l’économie mondiale. Le tourisme offre de nouvelles perspectives de développement et de créations d’emplois dans les régions pauvres. Le tourisme peut constituer un pôle essentiel de croissance pour nombre de pays en voie de développement. Toutefois, les pays du Nord restent aujourd’hui les principaux bénéficiaires de l’activité touristique avec 80% à 90% des recettes qui leur sont attribuées pour un tourisme qui se développe trop souvent au détriment des populations locales.

Les prises de conscience au niveau international des méfaits d’un tourisme de masse ont favorisé l’émergence d’une approche « différente » avec l’apparition dans les années 1980 d’une offre professionnelle du tourisme solidaire qui se structure et se fédère dans les années 2000. Depuis 2003, les acteurs du tourisme solidaire se réunissent lors d’un Forum International du Tourisme Solidaire et Développement Durable (FITS).

Entrer en relation avec les populations locales et permettre leur développement

On constate depuis près de 20 ans, un retour à des comportements plus simples et respectueux de l’environnement, des cultures et en faveur d’un développement équitable. Le tourisme n’échappe pas à cela. De surcroit, le tourisme qui induit des avantages économiques pour les pays d’accueil, voit cette nouvelle offre d’activité responsable et solidaire se développer.

Le tourisme solidaire a progressivement fait son apparition auprès d’un public sensibilisé et en quête d’échanges interculturels. En France, il est possible de faire une corrélation entre l’apparition des congés payés en 1936 et le développement des associations pour un tourisme sociale regroupées au sein de l’Union Nationale des Associations de Tourisme (UNAT).

L’UNAT a mené un travail de fond important sur l’identification de cette forme de tourisme qui a abouti à une définition de référence. Ainsi, le tourisme solidaire met au centre du voyage l’homme et la rencontre et s’inscrit dans une logique de développement des territoires. L’implication des populations locales dans les différentes phases du projet touristique, le respect de la personne, des cultures et de la nature et une répartition plus équitable des ressources générées sont les fondements de ce type de tourisme.

Le tourisme solidaire a aussi une véritable vocation économique. L’une de ses caractéristiques est que l’organisme d’envoi s’engage à partager équitablement les retombées économiques du voyage avec le pays d’accueil.

Si les tours opérateurs s’impliquent davantage dans cette approche en intégrant ces circuits dans leurs offres, certaines agences sont totalement dédiées au tourisme solidaire. C’est par exemple le cas de Vision du Monde dont l’objectif est de développer une alternative responsable et équitable dans le monde du voyage, notamment en s’assurant l’équitable répartition des retombées économiques entre le concepteur du voyages et les communautés d’accueil. Sur chaque destination, 3% du prix du voyage financent des projets de développement d’intérêt communautaire dans les lieux visités.

Depuis 2008, une charte nationale du Tourisme équitable et solidaire a été mise en place par les membres de l’ATES (Association française pour le Tourisme Equitable et Solidaire). Reconnue au niveau national et international comme organisation de référence du tourisme équitable et solidaire, l’ATES regroupe voyagistes, opérateurs relais et membres associés qui font du voyage un levier de développement et de solidarité internationale.

Pour faire de ses vacances un moment de partage et de solidarité, plusieurs éléments sont à prendre à compte dans la mise en place du projet.

Un nouveau profil de voyageur

Aujourd’hui, le voyageur cherche avant tout la découverte et l’échange. Il ne voyage plus uniquement pour l’exotisme ou le farniente, il souhaite découvrir de nouvelles terres, de nouvelles cultures avec ses us et coutumes. Le voyageur est aujourd’hui prêt à payer le prix d’un voyage solidaire afin de participer au développement local de la destination choisie. En retour, il est important pour lui de savoir de quelle manière l’argent qu’il a versé est réparti.

Le tourisme solidaire offre de réelles possibilités de rencontres et de partage avec les habitants et permet de voyager hors des sentiers battus. Il s’agit d’une démarche de respect et d’échanges équitables. De plus, l’implication des voyagistes sur le terrain et leur proximité avec les partenaires permet aux voyageurs qui le souhaitent de suivre l’activité des projets à leur retour et de participer plus directement. Ils peuvent aussi rester en contact avec les gens qui les ont accueillis.

Quelle que soit la destination, et la formule choisie (randonnée, séjour dans un village, circuit), un voyage basé sur le tourisme solidaire répond à plusieurs critères : une bonne information avant le départ, un groupe de petite taille (en moyenne de 2 à 10 personnes), un séjour loin des grandes zones et infrastructures touristiques, des conditions privilégiées de rencontre et d’échanges avec les habitants et les acteurs locaux, une utilisation maximale des ressources locales et un respect de l’environnement.

Afin de choisir au mieux son voyage solidaire, de nombreuses associations proposent d’accompagner les touristes durant toute la préparation de leur voyage jusqu’à leur retour. Consultez les membres labellisés du réseau de l’ATES.

De nouvelles plateformes 3.0 émergent comme par exemple U2GUIDE, un site de voyage collaboratif et solidaire mettant en relation guides locaux, agences de voyage alternatives et voyageurs afin de transformer le voyage en une véritable expérience humaine. Après 2 ans d’existence, la communauté de U2GUIDE rassemble déjà près de 100 000 membres et 15 000 guides à travers le monde.

Il est également possible de faire du tourisme solidaire sans pour autant partir à l’autre bout du monde. En effet, l’offre se relocalise, en Europe voire même en France avec, entre autres, des balades urbaines ou encore des initiatives d’hôtellerie solidaire telle que Zazie Hôtel à Paris. Hôtel de tourisme à vocation d’insertion par l’activité économique, le Zazie Hôtel oriente son développement vers l’emploi durable tout en mettant en pratique l’esprit du tourisme solidaire et durable.

Il existe aujourd’hui d’autres façons de voyager, plus respectueuses des territoires d’accueil et vectrices d’échanges humains et de développement local. De quoi vivre ses vacances solidairement !

Postez un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Découvrez comment la #loiESS provoque un choc coopératif

Agenda

Agenda

Nous suivre