Le Labo de l’ESS est un think tank qui construit, par un travail collaboratif, des axes structurants de l’économie sociale et solidaire, à partir d’initiatives concrètes, innovantes et inspirantes issues des territoires.

Accueil > L’ESS au quotidien > Initiatives inspirantes > L’ESPER Guadeloupe, ou comment former enseignants et élèves à l’ESS

L’ESPER Guadeloupe, ou comment former enseignants et élèves à l’ESS

Impression ForumPublié le 15 juin 2020 

L’économie sociale et solidaire est un modèle économique qui offre de belles perspectives en terme de transmission de valeurs, d’espaces, d’engagement et d’emplois. Mais aujourd’hui encore, elle est trop peu enseignée dans les établissements scolaires français. L’ESPER (L’Économie Sociale Partenaire de l’École de la République), est une association Association Une association est le regroupement d’au moins deux personnes, mettant leurs activités ou leurs connaissances en commun, par un contrat d’association (contrat de droit privé). L’objectif de cette convention doit avoir un but autre que le partage de bénéfices entre les parties, d’où l’appellation d’"association à but non lucratif". qui réunit 44 acteurs de l’ESS ESS Le terme d’Économie sociale et solidaire regroupe un ensemble de structures qui reposent sur des valeurs et des principes communs : utilité sociale, coopération, ancrage local adapté aux nécessités de chaque territoire et de ses habitants. Leurs activités ne visent pas l’enrichissement personnel mais le partage et la solidarité pour une économie respectueuse de l’homme et de son environnement. (coopératives, mutuelles, associations…) agissant sur l’ensemble du territoire national dans le champ de l’école et de la communauté éducative. Grâce à des correspondants locaux, elle intervient dans des établissements, à la demande des enseignants, pour sensibiliser et former les élèves à l’ESS. Toutes les matières et pas uniquement l’économie, peuvent aborder la question d’un modèle économique alternatif au capitalisme. Rencontre pleine d’optimisme avec Martine Thalus, Correspondante régionale de l’association en Guadeloupe.

Des enseignants volontaires et surtout demandeurs de formations

« Quand je discutais avec les enseignants de collège et de lycée, ils disaient qu’ils manquaient cruellement de documents pour expliquer ce mode d’entreprendre à leurs élèves » explique Martine Thalus, directrice d’école élémentaire, présidente de la MAE de la Guadeloupe et correspondante régionale de L’ESPER depuis 2017. C’est parce que les enseignants, professeurs et établissements scolaires étaient demandeurs d’actions, de ressources pédagogiques et d’interventions auprès de leurs élèves, que L’ESPER s’est tournée vers l’éducation à l’ESS ESS Le terme d’Économie sociale et solidaire regroupe un ensemble de structures qui reposent sur des valeurs et des principes communs : utilité sociale, coopération, ancrage local adapté aux nécessités de chaque territoire et de ses habitants. Leurs activités ne visent pas l’enrichissement personnel mais le partage et la solidarité pour une économie respectueuse de l’homme et de son environnement. .

Il y a une telle demande de formation de la part des enseignants qu’en 2019, lors d’un stage de formation CERPEP organisé par L’ESPER en Guadeloupe, seule la moitié des demandeurs a pu obtenir une place. Cette année, en plus du stage organisé pendant la « Semaine de l’ESS à l’École », une deuxième session sera organisée avec le SE-UNSA afin de répondre à la forte sollicitation des enseignants.

Quand il s’agit de monter des projets avec les élèves, tous les enseignants de l’école de Martine Thalus sont réceptifs et volontaires. La directrice précise en riant «  il faut bien sûr que ce soit moi qui impulse, d’eux-mêmes ils ne vont pas mettre en place quelque chose, mais quand je leur propose une action, une intervention, tout de suite ils sont d’accord ». En ce qui concerne les professeurs d’autres établissements qui veulent créer des projets avec leurs élèves, « les enseignants en général, ne savent pas qu’on peut les aider » déplore Martine Thalus. L’aide proposée par L’ESPER est souvent connue par le simple bouche-à-oreille entre les professeurs qui en ont déjà bénéficié et ceux qui veulent créer un nouveau projet.

De nombreuses actions de sensibilisation menées tout au long de l’année

L’ESPER Guadeloupe intervient tout au long de l’année lors de forums des métiers pour montrer aux élèves et étudiants la diversité des entreprises, à savoir des entreprises capitalistes mais également d’autres formes d’entreprendre grâce à l’ESS. « En général, ce sont des tables tournantes par petits groupes d’élèves et on a un chef d’entreprise dans chaque groupe, ils tournent, et les enfants peuvent poser des questions et demander justement quel est l’intérêt d’être chef d’entreprise de l’ESS », raconte Martine Thalus.

Pour mener à bien ses actions, L’ESPER Guadeloupe travaille avec de nombreux partenaires locaux tels que l’OCCE, la MGEN, la CASDEN, la MAÏF… Ce sont des acteurs de l’ESS, qui interviennent très régulièrement dans les établissements dès qu’ils sont sollicités par L’ESPER, puisque « nous venons en aide aussi aux enseignants qui ont monté des projets » précise Martine Thalus.

En plus des actions au long cours, L’ESPER en Guadeloupe participe à deux évènements majeurs : le « Mois de l’ESS » en novembre et la « Semaine de l’ESS à l’École » qui a lieu généralement en mars. L’an dernier, un peu plus de mille élèves (du CE2 à la Terminale) ont été sensibilisés à l’ESS en Guadeloupe. L’édition 2020 de la « Semaine de l’ESS à l’École », devait débuter le 23 mars par une intervention d’introduction à l’ESS dans une classe de CM1-CM2. Cependant, la crise de la Covid-19 est venue bousculer les plans de L’ESPER. Initialement, il était prévu « d’expliquer aux enfants, leur faire découvrir l’ESS par le biais de diaporamas et de jeux », explique Martine Thalus. Cette approche ludique plait énormément aux enseignants comme aux enfants qui découvrent par eux-mêmes les principes de l’ESS. Cependant, la Semaine de l’ESS à l’école a été cette année reportée à novembre 2020 (du 9 au 14), en raison de la fermeture administrative de l’ensemble des établissements scolaires suite à la crise de la Covid-19.

Participer activement à la « Semaine de l’ESS à l’École » et proposer des actions, c’est le souhait de sensibiliser un maximum d’élèves à l’ESS. De nombreux enseignants organiseront des événements au sein de leur établissement. En ce qui concerne les activités menées par L’ESPER, Martine Thalus précise que « c’est en fonction de la demande. Certains enseignants veulent juste un débat avec leurs élèves, d’autres au contraire veulent qu’on intervienne en présentant des jeux ou en projetant un film comme point de départ.  »

Rédaction : Salomé Préaudat
Crédit Photos : L’ESPER 971

Pour aller plus loin

Postez un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Trouver une initiative

Par thème

Cochez un ou plusieurs thèmes d'action - Le résultat sera une initiative qui aura au moins un des thèmes cochés

Par région

Par statut juridique

Nous suivre