Le Labo de l’ESS est un think tank qui construit, par un travail collaboratif, des axes structurants de l’économie sociale et solidaire, à partir d’initiatives concrètes, innovantes et inspirantes issues des territoires.

Accueil > Que faisons-nous ? > Nos publications > Retours sur nos événements > Compte-rendu de la 2e rencontre ProspectivESS - "Culture et ESS : (...)

Compte-rendu de la 2e rencontre ProspectivESS - "Culture et ESS : transitions culturelles"

Impression ForumPublié le 15 février 2018 

Alors que les subventions publiques diminuent et que les professionnels de la culture voient leurs enjeux muter avec la crise sociale et la prise en compte des droits culturels, le Labo de l’ESS ESS Qu’est-ce que l’Économie sociale et solidaire (ESS) ?
Définition et présentation de cette économie différente, socialement utile, coopérative et ancrée localement
a proposé une rencontre sur les "transitions culturelles" et les réponses que l’économie sociale et solidaire peut leur apporter.

Lire le compte-rendu de la rencontre...

« J’ai été frappé par la qualité des expériences, des réalisations, des réussites humaines et professionnelles des acteurs. Mais j’ai également été frappé par leur caractère marginal quantitativement. »
Bernard Latarjet, responsable de la ProspectivESS Culture et ESS ESS Qu’est-ce que l’Économie sociale et solidaire (ESS) ?
Définition et présentation de cette économie différente, socialement utile, coopérative et ancrée localement
, introduit la rencontre en faisant référence à son étude sur les entreprises culturelles de l’ESS, p.7 du compte-rendu

C’est en novembre 2017 que le Labo de l’ESS a rassemblé représentants d’entreprises culturelles sociales et solidaires, acteurs de la coopération territoriales, chercheurs, afin de les questionner sur leurs modèles et sur le rapprochement possible entre secteur culturel et monde de l’ESS. Cette rencontre faisait suite à un premier séminaire de travail sur ces enjeux, organisé au printemps 2017.

La première partie de la rencontre a porté sur la coopération comme axe de développement du secteur culturel : différents témoignages ont permis de prendre la mesure de la diversité des coopérations possibles et des effets qu’elles ont sur le développement des structures et des projets. Deux pôles territoriaux de coopération économique (PTCE), "Culture et coopération" et La Coursive Boutaric, faisaient partie des intervenants et ont notamment parlé de la mutualisation (de ressources humaines, de compétences, de connaissances), de la coopération autour de l’innovation, de la solidarité financière entre structures, etc. La coopérative Coopérative Une coopérative est un groupement d’individus (commerçants, consommateurs, producteurs…) choisissant de mettre leurs moyens en commun afin de satisfaire leurs besoins. d’activité et d’emploi (CAE CAE Coopérative d’activités et d’emploi ) Clara bis a présenté son modèle qui permet aux porteurs de projets d’être à la fois entrepreneurs et salariés. Enfin, la CRESS CRESS Chambres Régionales de l’Economie Sociale et Solidaire Nouvelle Aquitaine a fait état de son travail de structuration territoriale et de soutien aux acteurs culturels, notamment à travers son programme ESSpresso.

La deuxième table ronde s’est concentrée sur les nouveaux modèles socio-économiques des entreprises culturelles. Pour les illustrer, étaient conviées une CAE, Artenréel, une association Association Une association est le regroupement d’au moins deux personnes, mettant leurs activités ou leurs connaissances en commun, par un contrat d’association (contrat de droit privé). L’objectif de cette convention doit avoir un but autre que le partage de bénéfices entre les parties, d’où l’appellation d’"association à but non lucratif". de partage artistique de proximité, le Plus Petit Cirque du Monde, une SCIC SCIC Société Coopérative d’Intérêt Collectif du spectacle vivant, l’Amical de production, et une chercheuse de la Business School of Burgundy spécialiste du management culturel.

« Si l’on veut faire un rapprochement entre les mondes [de l’ESS et de la culture], il conviendrait que les modes d’évaluation et de conception de l’entrepreneuriat culturel, comme de l’ESS, soient pensés non pas en termes de contribution économique ou sociale, mais en englobant l’ensemble des parties prenantes, y compris la dimension culturelle et créative. »
explique cette dernière, p.23 du compte-rendu

« Finalement le secteur utilise assez peu les statuts de l’ESS. Il est étonnant que les centres dramatiques soient en SARL et que les créatifs dans les tiers-lieux ou espaces coopératifs soient autoentrepreneurs et utilisent le statut le plus libéral qui soit. »
Stéphane Bossuet, Artenréel, p.27

Lire le compte-rendu de la rencontre...

***

Pour aller plus loin :

Postez un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Nous suivre