Le Labo de l’ESS est un think tank qui construit, par un travail collaboratif, des axes structurants de l’économie sociale et solidaire, à partir d’initiatives concrètes, innovantes et inspirantes issues des territoires.

Accueil > Thèmes de travail > ESS européenne

ESS européenne

 

Quelle politique européenne en faveur de l’économie sociale et solidaire ? Après l’échec d’une première phase commencée dans les années 1980 qui cherchait une définition de statuts européens pour les coopératives, mutuelles, associations et fondations, la situation devient plus favorable depuis 2009 et le lancement du Social Business Initiative. Une nouvelle impulsion en faveur de l’ESS à partir de 2014 s’est orientée vers une approche inclusive et la concertation avec les acteurs européens.
Conscient des enjeux de changement d’échelle de l’ESS au niveau européen, le Labo de l’ESS a décidé en 2018 de développer ses analyses et préconisations au niveau européen et de co-construire un réseau européen des think tanks pour amplifier la force de ce travail.

Le contexte européen récent : vers la reconnaissance de l’ESS ESS Qu’est-ce que l’Économie sociale et solidaire (ESS) ?
Définition et présentation de cette économie différente, socialement utile, coopérative et ancrée localement
par les gouvernements

On observe une reconnaissance de plus en plus forte de l’ESS aux niveaux européen et national :

  • En 2015, l’Espagne, la France, l’Italie, le Luxembourg, la Slovaquie et la Slovénie signent la Déclaration de Luxembourg, véritable « feuille de route vers la création d’un écosystème plus complet pour les entreprises de l’économie sociale ». Ils s’engagent notamment à organiser régulièrement des réunions entre hauts responsables politiques en charge de l’ESS des Etats membres. L’année suivante, le Groupe d’experts de la Commission sur l’entrepreneuriat social Entrepreneuriat social Définition (GECES) présente son rapport « Social entreprises and the social economy going forward » à Bratislava. Celui-ci se compose de deux parties : un appel à l’action, qui met en lumière cinq contributions de l’économie sociale et solidaire au développement européen (emploi de qualité, inclusion sociale et réduction de la pauvreté, intégration des migrants et réfugiés, renforcement de l’économie territoriale, lutte contre les discriminations liées au genre), puis treize recommandations aux institutions européennes et aux gouvernements des Etats membres. Dernière étape importante : la Déclaration de Madrid signée en 2017 par la Bulgarie, Chypre, l’Espagne, la Grèce, l’Italie, le Luxembourg, Malte, le Portugal, la Slovénie, la Suède et la Roumanie. Le texte appelle la Commission européenne à inclure un plan d’action européen pour l’ESS dans son programme de travail 2018.
  • En parallèle, certains pays se sont dotés de cadres législatifs complets concernant l’ESS : ce sont en particulier ceux où ce mode d’entreprendre est le plus développé (Belgique, Espagne, France, Italie, Portugal, Suède). Dans d’autres pays il n’existe que des lois partielles sur certains domaines ou statuts spécifiques. Enfin, certains pays n’ont aucune législation, même partielle, sur ces enjeux : pour un certain nombre d’entre eux, les gouvernements ont maintenant décidé de soutenir l’ESS, comme en Slovaquie, en Slovénie et en Roumanie. Il y a donc un enjeu important à diffuser les bonnes pratiques des pays ayant une expérience plus importante à destination de ces derniers.

Pour en savoir plus, consultez notre note Economie sociale et solidaire : quel rôle pour la France dans l’Union européenne ?

L’ESS en Europe : quelques chiffres

  • Selon le rapport du Conseil Economique et Social Européen « Recent evolutions of the social economy in the EU » de 2017, l’ESS représente 19,1 millions d’emplois dans l’Union européenne (dont 70% sont des emplois payés et 30% des emplois bénévoles), soit 9% de la population active de l’Union européenne.
  • La croissance de l’emploi dans l’ESS est de 23% en une dizaine d’années au niveau européen.
  • La contribution de l’ESS au PIB européen est de 10%.
  • Un quart des entreprises créées en Europe aujourd’hui sont des entreprises de l’ESS.

Pour en savoir plus, consultez notre note Economie sociale et solidaire : quel rôle pour la France dans l’Union européenne ?

Le Labo de l’ESS et l’ESS européenne

En 2018, le Labo de l’ESS à posé une première pierre dans la construction d’un large réseau des think tanks européens en s’alliant au think tank belge POUR LA SOLIDARITE - PLS. « Nous aspirons à faire grandir tous ensemble l’impact de nos analyses, recherches, conférences et projets européens pour conférer, aux yeux des autorités publiques et des citoyens, une visibilité accrue, à la hauteur des enjeux de l’économie sociale et solidaire ! » expliquent dans leur tribune commune Denis Stokkink, président de PLS, et Hugues Sibille, président du Labo de l’ESS. Cette coopération couvrira notamment les champs de l’économie circulaire économie circulaire Définition , de la culture et de l’économie collaborative.

***

Aller plus loin :

Quelques textes de références

Quelques texte d’actualité

Nous suivre