Le Labo de l’ESS est un think tank qui construit, par un travail collaboratif, des axes structurants de l’économie sociale et solidaire, à partir d’initiatives concrètes, innovantes et inspirantes issues des territoires.

Accueil > Le Labo de l’ESS > On parle de nous > Tribune de Hugues Sibille et Viviane Tchernonog dans Le Monde - Quel modèle (...)

Tribune de Hugues Sibille et Viviane Tchernonog dans Le Monde - Quel modèle socio-économique pour les associations ?

Impression ForumPublié le 17 octobre 2017 

A l’occasion du Forum national des associations et fondations, cette tribune publiée dans Le Monde du 18 octobre interroge et porte des proposions : "La puissance publique manque d’une stratégie sur la place des associations dans l’économie. De nouvelles manières de coconstruire l’intérêt général entre associations, citoyens, entreprises et Etat doivent voir le jour."

Extraits du texte de Viviane Tchernonog, chercheuse invitée au Centre d’économie de la Sorbonne (Paris I), et Hugues Sibille, président du Labo de l’ESS ESS Qu’est-ce que l’Économie sociale et solidaire (ESS) ?
Définition et présentation de cette économie différente, socialement utile, coopérative et ancrée localement
et de la Fondation Fondation Définition Crédit coopératif :

"L’arrêt annoncé des emplois aidés, par-delà l’émotion et les commentaires politiques immédiats, révèle deux enjeux. En premier lieu, les modèles socio-économiques des associations, en mutation profonde, sont fragilisées dans leurs leurs ressources financières et humaines. L’incertitude s’accroît. En second lieu, l’Etat ne s’est pas doté d’une vraie doctrine associative et reste sur une vision binaire (emplois productifs privés emplois de service public). Il peine à intégrer les emplois d’utilité sociale associatifs dans une stratégie stabilisée."

"Il faut repartir du modèle socioéconomique associatif. C’est un système à trois composantes : un projet non lucratif d’utilité sociale, des ressources financières et humaines bénévoles et salariées, un mode d’organisation et de gouvernance Gouvernance Définition citoyenne spécifique. Il existe une infinité de manières d’assembler ces composantes. La biodiversité associative est immense, au sein des quelque 1,4 million d’associations actives."

"Le budget associatif 2016 (budget cumulé des associations), consolidé à 109 milliards d’euros (enquête Insee), voit ses ressources touchées par la diminution
des subventions. Pour la première fois depuis 2011, l’Acoss indique que l’emploi salarié baisse depuis un an. La suppression des emplois aidés vient aggraver le phénomène.
"

"Les associations travaillent à faire évoluer leur modèle socioéconomique [...]. Mais le risque existe qu’un recours croissant aux recettes privées n’accroisse encore les inégalités territoriales associatives."

"La subvention est passée de 34 % à 20 % des ressources et la commande publique de 17 % à 27 % entre 2005 et 2016. [...] Les associations, contrairement aux idées reçues, ne restent pas inertes. Elles se rapprochent entre elles et font des gains de productivité. Mais la puissance publique doit être attentive au mouvement qu’elle provoque [...]. En concentrant le secteur associatif, en lui faisant injonction de rendre le service au moindre coût, elle diminue la capacité d’innovation sociale des associations."

"Le haut-commissaire à l’économie sociale et solidaire, Christophe Itier, [...] devra se saisir du financement de l’innovation sociale, de son accélération, dans une approche incluant les entreprises sociales, mais aussi le tissu associatif. L’augmentation des fonds propres, la proposition d’un crédit d’impôt recherche en innovation sociale, l’épineux sujet des contrats à impact social ont été mis sur la table du Conseil supérieur de l’économie sociale et solidaire (ESS). Il faudra les traiter."

"Les associations utilisant le statut de la loi de 1901 font-elles pleinement partie d’un ensemble plus vaste appelé économie sociale et solidaire, défini par la loi du
31 juillet 2014 et constituant un mode d’entreprendre spécifique ? [...] Que veut vraiment l’Etat et que veulent vraiment les associations sur la place de ces dernières dans l’économie en général et l’ESS en particulier ?
"

"Le territoire est devenu l’espace majeur de coconstruction de l’intérêt général. C’est une révolution culturelle qui implique de faire tomber des murs et d’inventer de nouvelles alliances entre les associations, les entreprises, la puissance publique et les citoyens."

"La mesure de l’impact social et l’évaluation de l’utilité sociale sont devenues essentielles pour l’action associative. Moins que le questionnement légitime des emplois aidés, ce qui a choqué, c’est l’opprobre global jeté sur l’efficacité des structures d’utilité sociale."

L’ensemble de la tribune "Que veut vraiment l’Etat ?" est à retrouvé dans Le Monde "Associations et fondations" en page 2...

Commentaires

  • Cette contribution évoque la conséquence de la diminution des contrats aidés sur le modèle économique des associations sans traiter de la vocation des contrats aidés, qui du point de vue de la politique publique n’ont pas d’objet particulier en lien avec le soutien à la vie associative et à son développement. C’est une méprise importante : sont-ce des contrats pour soutenir le tissu associatif et / ou pour soutenir l’insertion professionnelle des personnes recrutées ? La pratique pencherait pour un usage souvent double... avec ses revers qui, s’ils sont mis sous couvert, ne permettent pas d’avancer efficacement.
    Oui pour interpeller sur le modèle économique associatif, en lien avec la diminution des contrats aidés. Mais alors il faut poser la question de l’emploi aidé, de sa ou ses vocations et, in fine, de son / leur contenu(s) précis.

Postez un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Nos partenaires média

Nous suivre