Le Labo de l’ESS est un think tank qui construit, par un travail collaboratif, des axes structurants de l’économie sociale et solidaire, à partir d’initiatives concrètes, innovantes et inspirantes issues des territoires.

Accueil > Que faisons-nous ? > Nos événements > Retour sur notre événement, le REVE, c’est possible ! Avec Edgar Morin et (...)

Retour sur notre événement, le REVE, c’est possible ! Avec Edgar Morin et Patrick Viveret

Impression ForumPublié le 6 octobre 2017 

Le Labo de l’ESS ESS Qu’est-ce que l’Économie sociale et solidaire (ESS) ?
Définition et présentation de cette économie différente, socialement utile, coopérative et ancrée localement
a organisé la rencontre « Le REVE, c’est possible ! » le 22 septembre à l’ESS’pace (Paris 13e) dans le cadre de la Fête des Possibles. Un moment d’échanges, en compagnie de deux grands témoins : Edgar Morin et Patrick Viveret, ainsi que de quatre responsables de projets sociaux et solidaires : Amandine Albizzati, directrice des relations institutionnelles chez la Nef, Fanélie Carrey Conte, directrice du pôle coopération d’Enercoop, Myriam Dauphin, co-gérante du PTCE PTCE Pôles territoriaux de coopération économique. Le PHARES, et Anita Protopappas, gérante associée de Coopetic. L’occasion de présenter la méthodologie REVE (Résister, Expérimenter, Voir loin, Evaluer), que le Labo de l’ESS a articulée dans son plaidoyer 2017… et après ? Nous avons un REVE.

La méthodologie du REVE

Le concept méthodologique, créé lors des Etats généraux de l’ESS ESS Qu’est-ce que l’Économie sociale et solidaire (ESS) ?
Définition et présentation de cette économie différente, socialement utile, coopérative et ancrée localement
, est un véritable moteur pour la dynamique de l’économie sociale et solidaire. En quoi consiste-il ? Nos invités étaient là pour en débattre, à commencer par son auteur : Patrick Viveret

Résister, Expérimenter, Voir loin et Evaluer : 4 actes qui, ensemble, participent à la méthodologie du REVE. Aucune de ces notions ne peut aboutir seule. Leur articulation est donc primordiale. Il ne faut pas les penser de façon cloisonnées et distinctes mais plutôt appliquer la pensée complexe d’Edgar Morin et « avoir conscience que tout est lié ». « C’est le lien entre ces différents volets de la stratégie qui doit être pris en compte », explique également Patrick Viveret. Pour autant, chaque intervenant a eu l’occasion d’aborder chacune de ces notions. Pour les porteuses de projet, c’était l’occasion de présenter leurs activités au regard des actes de Résister, Expérimenter, Voir loin, Evaluer.

Le REVE : Résister, Expérimenter, Voir loin, Évaluer

Pour débuter la rencontre, qui mieux que Patrick Viveret, père du concept, aurait pu en expliquer les grandes lignes théoriques ? Et parce que le REVE commence par le « R » de Résistance, la première question que soulève le philosophe est celle de la « résistance créative », qu’il oppose très vite à « la révolte désespérée ». « La résistance doit être animée par une vision positive de l’avenir ». Le « E » de l’expérimentation, qu’il veut anticipatrice, est là pour incarner, dans les actes, cette résistance positive. Elle pourra alors libérer, « débloquer » l’imaginaire et de là permettre de Voir loin. L’enjeu de ce « V » est donc celui de la métamorphose possible des mécanismes collectifs.

Les quatre responsables de projets invitées se reconnaissent dans ces actes de résister, expérimenter et voir loin : à commencer par « Résister, compris comme le fait d’aller à l’encontre du cloisonnement des différents secteurs de la société. Pour Myriam Dauphin du PHARES, par exemple, « on résiste en étant différents mais rassemblés ». Cet enjeu collectif se retrouve également chez Coopetic, qui en tant que Coopérative Coopérative Une coopérative est un groupement d’individus (commerçants, consommateurs, producteurs…) choisissant de mettre leurs moyens en commun afin de satisfaire leurs besoins. d’Activité et d’Emploi (CAE CAE Coopérative d’activités et d’emploi ) lutte contre l’isolement des entrepreneurs. Il peut également s’agir d’aller à l’encontre de la confiscation démocratique qui prive les citoyens de leur choix. Enercoop milite en effet pour « une réappropriation citoyenne des choix énergétiques » et la Nef permet aux épargnants de cette banque alternative de pouvoir « flécher leur épargne. » Chacune de ces structures, qui mettent la coopération au cœur de leurs activités, a donc bien compris qu’il est plus facile de réaliser le REVE « en collectif que tout seul », comme le dit Anita Protopappas. Expérimenter représente pour elles leurs activités quotidiennes, en inventant de nouveaux modèles, tous liés directement au « Voir loin ». C’est-à-dire, et les quatre intervenantes étaient d’accord sur la question, proposer un nouveau projet de société.

La notion qui aura été la plus questionnée est celle de l’évaluation. « Un mot très courant dans notre quotidien » et dont il faut se méfier selon Edgar Morin. Pour Patrick Viveret, il s’agit « de la délibération démocratique » sur ce qui fait valeur, dans son sens le plus fondamental et souvent oublié de « force de vie ». Mais du côté pratique, les choses sont ressenties de manière plus complexe. Il faut « mettre des limites à l’évaluation, même démocratique » et se demander : « Qui sont les évaluateurs ? » et « Qui décide de la valeur ? », avertit Edgar Morin. La dimension pratique des concepts n’est pas toujours celle de leur sens théorique. « Toute décision est un pari » selon lui et il faut savoir remettre en cause une idée qui peut s’avère dériver. La notion est également débattue par les porteuses de projets : si pour Amandine Albizzati de la Nef, il n’y a pas de doute, l’évaluation passe par la transparence de leur action et notamment de leur rapport de prêts rendu public, Myriam Dauphin explique que « les outils d’évaluation quantitatifs ne permettent pas de décrire la richesse crée ».

L’ensemble de la méthodologie REVE est également discutée : pour Edgar Morin, elle représente un paradoxe. Comment lier « le rêve » à ces quatre actions très ancrées dans le réel ? Déjà, en prenant en compte le fait que Résister « c’est dire oui à une autre vision du monde ». Cette vision est à l’œuvre dans le « E » d’Expérimenter, définit comme le fait de « concrétiser ce à quoi l’on croit ». Nous sommes aujourd’hui dans le REVE, dit-il : « C’est ce qui se passe aujourd’hui mais de façon dispersée ». Les initiatives créatives, telles que « l’agro-écologie, les éco-quartiers et toutes les nouvelles formes d’économie liées à la solidarité… », lui permettent ainsi de nuancer le Voir loin par un « Voir de près » toutes ces expérimentations locales. « Regarder l’immédiat pour se préparer à voir loin ». Une méthode qui s’appuie sur les expériences de terrain et que le Labo de l’ESS met en œuvre pour repérer les pratiques exemplaires partout en France. Partant du local, la vision transformatrice de ces innovations possède une ambition nationale. « Ca nous intéresse que ça marche ailleurs » explique d’ailleurs Myriam Dauphin. Il faut repenser les modes d’organisation sur différentes échelles, le local, le national, mais aussi le planétaire. Comme Patrick Viveret le dit, il est important « d’introduire le niveau de la conscience planétaire dans le débat ».


Les quatre orientations issues du REVE :

A la suite de cette présentation sur le concept méthodologique que représente le REVE, les intervenants se sont intéressés aux quatre orientations que le Labo de l’ESS propose dans sa publication 2017… et après ? Nous avons un REVE. Quatre pistes qui peuvent structurer les enjeux essentiels de l’Economie Sociale et Solidaire, mais aussi alimenter le débat public des années à venir. Ces quatre orientations, bien qu’interconnectées, sont relatives aux différents thèmes de travail du Labo.

La première orientation, « Inventer le travail émancipateur de demain, construit sur un nouveau référentiel : contrat, protection, collectif, sens » relève des nouvelles formes d’emplois, de la transformation du travail et des solutions dont l’ESS est porteuse face à la précarisation. Cet axe est mis en avant par Anita Protopappas, représentante de la coopérative d’activité et d’emploi (CAE) Coopetic qui souhaite ainsi « réinventer l’économie […] pour en faire quelque chose de plus constructif ».

La deuxième orientation, « Rééquilibrer la mondialisation par une économie de proximité et des méthodes de co-construction privilégiant des gouvernances de forces vives du territoire » peut être alimentée par les expériences des PTCE PTCE Pôles territoriaux de coopération économique. , qui sont bien « des pôle de proximité » rappelle Myriam Dauphin. « L’échelle territoriale permet la création de projets au plus proche des besoins des habitants. »

Dans la troisième orientation, « Co-construire un développement socio-économique durable orienté vers les biens communs Biens communs Définitions  », il est notamment question de la transition énergétique citoyenne. Fanélie Carrey Conte en rappelle les principaux enjeux à travers Enercoop, qui est là notamment pour « développer sur des territoires des projets d’énergies renouvelables aux mains des citoyens » avec « des enjeux de développement local, comme l’emploi et les retombées économiques ».

Pour finir, la quatrième orientation « Faire changer d’échelle la part de l’ESS dans notre modèle de développement pour démocratiser l’économie » s’intéresse notamment aux enjeux du financement de l’ESS. En préconisant la croissance de la finance solidaire, elle s’adresse également à des banques innovantes comme la Nef qui travaille pour faire de l’épargnant un acteur citoyen du financement. Toutes ces orientations étant très liées, Amandine Albizzati se retrouve également dans les deuxième et troisième orientations.

Enfin, Patrick Viveret conclut la rencontre sur le capital social de l’ESS : « Il y a de la valeur non monétaire. (…) Il ne faut pas borner la vision à la seule économie » dit-il. Une vision que le Labo de l’ESS développe également, notamment en promouvant les nouveaux indicateurs de richesse Indicateurs de richesse Définition , qui prennent en compte le développement humain, social et territorial.

***

Aller plus loin :
Lire la publication 2017... et après ? Nous avons un REVE...

Postez un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Nous suivre