Le Labo de l’ESS est un think tank qui construit, par un travail collaboratif, des axes structurants de l’économie sociale et solidaire, à partir d’initiatives concrètes, innovantes et inspirantes issues des territoires.

Accueil > L’ESS au quotidien > Initiatives inspirantes > R-Urban : agriculture urbaine, participation des habitants et (...)

R-Urban : agriculture urbaine, participation des habitants et éco-construction

Impression ForumPublié le 3 octobre 2017 

R-Urban est un projet de résilience urbaine basé sur des circuits courts Circuits Courts Définition du concept de circuits courts écologiques, économiques, sociaux et culturels, porté par le collectif AAA (Atelier d’Architecture Autogérée) et en lien avec une série d’activités urbaines : habitat, travail, mobilité et agriculture urbaine. Après une première expérimentation à Colombes, R-Urban déménage à Gennevilliers, mais pas que… Des projets sont également en cours à Bagneux, Londres, Paris et bientôt à Berlin, en Suède ou encore au Sénégal. C’est « une véritable dynamique qui émerge. »

« Produire ce que nous consommons et consommer ce que nous produisons » (André Gorz)

Face aux multiples crises qui agitent notre époque contemporaine, telles que la crise climatique, écologique, économique ou encore démographique, le projet R-Urban apporte ses solutions et propose de développer et revaloriser des modes de vie résilients basés sur les circuits courts Circuits Courts Définition du concept de circuits courts locaux et la transmission de pratiques collaboratives et solidaires. Une ferme, une unité de recyclage, un habitat écologique et auto-suffisant amènent ainsi les habitants à repenser leurs modes de vie quotidiens et insufflent un nouvel équilibre entre production et consommation.

Après une première expérimentation à Colombes (92), les effets de cette activité sur le territoire sont impressionnants. Ils permettent notamment d’économiser 50% de production d’électricité, de consommation d’eau, d’émission de CO2 et 30% de production de déchets ménagers, de créer plusieurs emplois, de produire 6 tonnes supplémentaires de légumes bio par an … La Mairie de Colombes était partenaire officiel du projet depuis 2010 mais, malgré les résultats obtenus, le changement de municipalité en 2014 a fait apparaître une orientation écologique, économique et sociale complètement différente qui n’a pas jugé bon de maintenir en place un tel projet. Ouvert en 2013, le projet R-Urban à Colombes a été prié de plier bagage fin 2015 pour laisser la place à la construction d’un parking. Direction Gennevilliers, toujours dans les Hauts-de-Seine, pour de nouvelles aventures.

R-Urban emménage et recrée une AgroCité

Depuis avril 2016, R-Urban a trouvé de nouveaux soutiens du côté de la municipalité de Gennevilliers. La Mairie a commencé à aménager un site pour recevoir cette nouvelle AgroCité. Une première étape d’implantation commence au printemps 2017 pour « préparer le contexte social à l’arrivée du projet » et faire émerger de nouvelles dynamiques dans ce nouveau lieu, explique Constantin Petcou, architecte cofondateur de AAA et partie prenante de R-Urban. Ce type de projet complexe demande du temps pour mûrir auprès d’habitants pas toujours au fait des « circuits courts ».

Plusieurs types d’ateliers participatifs sont mis en place à destination des habitants, notamment avec les anciens acteurs de Colombes. Un atelier de sensibilisation à l’agriculture urbaine en particulier et à la transition écologique en général, un atelier de permaculture et un atelier d’éco-construction sont ouverts et permettent d’ores et déjà une première approche du projet R-URBAN. Constantin Petcou explique qu’ « il est important d’avoir des ateliers de réflexion autour du projet », avec toutes les parties prenantes : habitants, acteurs publics, porteurs de projets de Gennevilliers mais aussi de Colombes.

D’autres projets sont en effet encore à définir, comme l’installation d’un magasin coopératif dans la future AgroCité. Celle-ci doit être construite en bois, avec une isolation en paille et des panneaux solaires, ainsi qu’un poulailler, un compost, un jardin en permaculture.

Les « unités » R-Urban se développent aussi ailleurs

« R-Urban a toujours été pensé comme un mouvement plutôt que comme un projet isolé : l’idée est de créer des unités, dans différents lieux en France et à l’étranger » explique Constantin Petcou. De nombreuses visites spontanées ont déjà eu lieu à Colombes : municipalités et porteurs de projet sont venus prendre un premier contact avec l’idée de développer une AgroCité similaire ailleurs.

Une mission quasiment réussie si l’on en croit les perspectives d’avenir mises en avant par Constantin Petcou. Des unités R-Urban sont sur le point d’apparaitre un peu partout. A Bagneux (92), un site doit ouvrir fin 2017. A Londres, le collectif « Public works », partenaire de R-Urban, encourage la production collective en utilisant des matériaux et des savoir-faire locaux. Une dynamique présente également en Allemagne, en Suède ou encore au Sénégal. Afin de faciliter la propagation de ce mouvement, R-Urban a mis au point une charte à laquelle il est possible d’adhérer pour bénéficier, notamment, des compétences du réseau et de l’expérience de R-Urban en Ile-de-France.

En savoir plus :
Le site de R-Urban

Les sites partenaires de R-Urban à l’étranger :
Le site de « R-Urban Wick » (en anglais)
Le site de Public Works

Photos : AAA / R-Urban

Postez un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Nous suivre