Le Labo de l’ESS est un think tank qui construit, par un travail collaboratif, des axes structurants de l’économie sociale et solidaire, à partir d’initiatives concrètes, innovantes et inspirantes issues des territoires.

Accueil > Que faisons-nous ? > Nos Focus > L’édito > Quel peuple d’acteurs voulons nous être ?

Quel peuple d’acteurs voulons nous être ?

Impression ForumPublié le 11 octobre 2017 

La rentrée donne matière à réactions sur les politiques publiques relatives à l’ESS ESS Qu’est-ce que l’Économie sociale et solidaire (ESS) ?
Définition et présentation de cette économie différente, socialement utile, coopérative et ancrée localement
. L’automne y souffle le chaud (nomination d’un Haut Commissaire) et le froid (arrêt des emplois aidés, menaces budgétaires sur les DLA). Et si l’on regardait cette actualité autrement, à partir d’une question posée par Patrick Viveret, notre administrateur inspirant ? Plutôt que commenter tel mot du Président, telle annonce de ministre, interrogeons-nous sur ce que nous voulons être ou ne pas être, peuple responsable in fine de la démocratie. Inversons la pyramide. Je tente subjectivement cet exercice en l’appliquant à l’ESS : à quel peuple d’acteurs ESS ai-je envie d’appartenir ?

Je n’appartiendrai pas à un peuple d’acteurs ESS ESS Qu’est-ce que l’Économie sociale et solidaire (ESS) ?
Définition et présentation de cette économie différente, socialement utile, coopérative et ancrée localement
qui attendrait tout de l’État. Nous avons (enfin !) un Haut Commissaire à l’ESS. Tant mieux. Mais il ne fera pas à lui seul changer d’échelle l’ESS. D’autant moins s’il est isolé au sein d’un Gouvernement qui n’a pas pour l’instant donné de signe d’intérêt à l’ESS. Le Haut Commissaire aura besoin de la société civile pour réussir. Donc de nous. Or nous sommes un peuple dispersé, fractionné. Nous ne faisons pas Mouvement. Exemple : l’ESS n’a pas su apporter de réponse collective à l’arrêt annoncé des emplois aidés. Pourtant cette annonce jetait une forme d’opprobre générale sur notre concept essentiel d’utilité sociale ! Alternatives Économiques organise avec le soutien du Labo de l’ESS fin Novembre à Dijon les 2emes journées de « l’économie autrement ». Bravo ! Il faudrait pouvoir aller plus loin : pourquoi ne pas refaire des États Généraux de l’ESS préparés sur chaque territoire ?

Je n’appartiendrai pas à un peuple d’acteurs ESS enfermé dans son périmètre statutaire. J’appartiens à une économie sociale sans rivage qui entend polliniser le reste de l’économie et co-construire autour d’elle des alliances d’intérêt général. Revisitons l’intérêt général. C’est pourquoi les dynamiques nouvelles qu’incarnent les Pôles territoriaux de coopération ou les Coopératives d’intérêt collectif m’intéressent vivement. Là s’invente l’intérêt général de demain, davantage que dans l’idée de "capitalisme d’intérêt général". La finalité du capitalisme reste le profit redistribué. Pas l’intérêt général. Je croirai au capitalisme d’intérêt général lorsque le pouvoir et les résultats seront partagés dans l’entreprise entre les actionnaires, les salariés et les autres parties prenantes.

Je n’appartiendrai pas à un peuple d’acteurs ESS qui brandirait l’insoumission sans chercher à inventer les mondes de demain, sans les expérimenter aujourd’hui, sans en assumer les contraintes économiques. Le peuple d’acteurs ESS qui m’inspire avance sur une difficile ligne de crête qui tient en équilibre modèle économique et transformation sociétale. Pas sur une rhétorique du refus. C’est ce qu’essaient de faire des territoires expérimentaux comme les Territoires à énergie positive ou les Territoires Zéro chômeur de longue durée. De ce point de vue, je n’ai pas bien perçu où Nicolas Hulot situe sa Transition Écologique ET solidaire. Pourquoi ne pas s’inspirer des PTCE PTCE Pôles territoriaux de coopération économique. pour labelliser des Territoires de Transition Écologique et solidaire ? Figeac, Loos en Gohelle et d’autres montrent une voie. Elle est praticable.

Et vous, qui vous intéressez aux travaux du Labo de l’ESS, à quel peuple d’acteurs avez-vous envie d’appartenir ? Comment voulez-vous faire émerger un Mouvement ESS, pluriel certes, mais capable d’entraîner et de peser sur les choix ?

A vous la parole !

Hugues Sibille
Président du Labo de l’ESS

Commentaires

  • Le Labo de l’ESS ESS Qu’est-ce que l’Économie sociale et solidaire (ESS) ?
    Définition et présentation de cette économie différente, socialement utile, coopérative et ancrée localement
    est de retour ! Merci Hugues de cet édito. Oui aux États généraux de l’ESS sur les territoires. Oui à un grand debat sur ESS et intérêt général. Oui à une réflexion sérieuse sur les vraies pratiques des acteurs et des familles en matière sociale et environnementale. Si le Gouvernement ne prend pas l’initiative, à nous donc de ré-organiser les États généraux en lien avec les CESER, le CESE, ESS France, le MES, le Mouvement associatif, les fondations, la Fonda et surtout le RTES...

  • Tout à fait d’accord avec ce point de vue.
    J’aimerais pour ma part faire partie d’un peuple (? non, laissons tomber ce mot) d’acteurs acceptant le risque de l’innovation sociale par la coopération. Des acteurs qui savent que soit les innovations échouent à séduire et elles sombrent alors dans l’oubli, soit elles réussissent et alors elles se fondent dans la société en la transformant un peu ou parfois beaucoup.. mais on oubliera quand même les acteurs à l’origine.

  • Bonjour Mr Sibille, bonjour à toutes et à tous

    Je suis en train de finaliser mon mémoire de fin d"études de la formation de Dirigeant d’Entreprise de l’Economie Sociale (DEES) dispensé par l’Ifocas à Montpellier et dont le titre est :" Accompagner le "Mieux Faire Ensemble" pour revivifier la nature émancipatrice des projets collectifs en ESS ESS Qu’est-ce que l’Économie sociale et solidaire (ESS) ?
    Définition et présentation de cette économie différente, socialement utile, coopérative et ancrée localement
     : bilan et perspective d’un acteur de la transformation sociale".
    Vous comprendrez que le titre de votre article m’ait interpellé.

    Je partage pleinement votre manière d’envisager une nouvelle construction de l’intérêt général qui passe par un questionnement sur la redistribution du pouvoir, tant politique d’économique, et par le partage plus juste des richesses crées par les femmes et les hommes.
    De nombreuses organisations, qui n’appartiennent pas toutes à l’univers de l’EES sont en train d’expérimenter ce que l’on appelle la "Gouvernance Gouvernance Définition Partagée", et démontrent au quotidien que les femmes et les hommes peuvent épanouir leur créativité et prendre conscience de tout leur talent au service de la raison d’être de leur entreprise, de leur association Association Définition , de leur "collectif".

    L’ESS a naturellement dans son ADN, le potentiel pour être un acteur majeur de la transition écologique, culturelle et sociale : elle se doit d’être innovante, et de ne pas hésiter à revisiter son modèle, et surtout, de ne pas attendre des "institutions" la mise en œuvre, d’un nouvel "agir ensemble", d’un "mieux faire ensemble". C’est par tache d’huile, par agrégation et mise en réseau des initiatives et expérimentations, et les outils numériques ont ici un grand rôle à jouer, par pollinisation comme vous le soulignez, que ce mouvement qui a déjà commencé, prendra de plus en plus d’ampleur, et permettra l’avènement du monde nouveau dont la plupart d’entre nous ressente la nécessité.

    Bien à vous,
    Jean-Charles NOELL

    « Le Mieux Faire Ensemble »
    « Pour que la parole de chacun devienne la pensée de tous, et renforce le sens de l’action collective »
    Jean-Charles NOELL, Tiers-Facilitateur en Intelligence Collective
    Chez Mine de Talents,
    Mobile : 06.09.08.78.71 – Courriel : jean-charles.noell@orange.fr

  • Monsieur Sibille
    En tant qu’entrepreneur ESS ESS Qu’est-ce que l’Économie sociale et solidaire (ESS) ?
    Définition et présentation de cette économie différente, socialement utile, coopérative et ancrée localement
    , je me sens assez en phase avec vos commentaires :
    1. Du point de vue coopératif, un peuple d’acteurs ESS qui attendrait tout de l’État, c’est contre nature… A l’intérieur des mouvements sociaux et politiques qui veulent promouvoir une économie au service de l’homme et non du capital (pour faire bref), le mouvement coopératif s’est toujours résolument positionné parmi ceux qui pensent que les initiatives devraient venir des travailleurs/consommateurs/citoyens eux-mêmes et non de l’État… L’idée du self help est de l’essence même du projet coopératif. Cela ne veut pas dire qu’on refuse toute aide de l’État… Mais commençons dans tous les cas par nous organiser nous-mêmes.
    2. Ceci étant dit, tout à fait d’accord, non à la dispersion et au fractionnement. Aucune fraction n’est assez puissante que pour peser seule. On ne réussira effectivement à influencer les choix qu’unis (tout en restant pluriels). Toutes les sensibilités de l’ESS devraient actionner entre elles en permanence les forces centripètes et non les forces centrifuges… La tendance à l’esprit de chapelle est malheureusement trop souvent la norme. J’aime beaucoup la phrase : « J’appartiens à une économie sociale sans rivage qui entend polliniser le reste de l’économie et co-construire autour d’elle des alliances d’intérêt général. »
    3. Je ne crois pas au capitalisme d’intérêt général, il n’y aura jamais de partage des résultats et encore moins du pouvoir sans contrainte, contre-pouvoir, … ou contre-exemples ? C.à.d. des entreprises de l’ESS qui réussissent en restant au plus près de ses principes, sans se renier au nom de l’efficacité…
    4. Ni attendre tout de l’État, ni se figer dans une posture du refus… On en revient au point 1 : prendre des initiatives, prendre des risques… J’aime beaucoup la phrase : « Le peuple d’acteurs ESS qui m’inspire avance sur une difficile ligne de crête qui tient en équilibre modèle économique et transformation sociétale. »
    Bien à vous.
    Nathalie Devriese
    Bruxelles, Belgique, Europe
    Fondatrice de Pwiic.com (une coopérative Coopérative Une coopérative est un groupement d’individus (commerçants, consommateurs, producteurs…) choisissant de mettre leurs moyens en commun afin de satisfaire leurs besoins. numérique)

  • Notre "peuple d’acteurs" est un collectif d’une centaine de citoyens à Strasbourg qui tentons un pari un peu fou : celui de créer un centre européen des transitions écologiques, sociétales et personnelles à quelques centaines de mètres des institutions européennes :

    lieu de formation, stages et séminaires, restaurant alimenté par un potager en permaculture, hébergement insolite en lodge et cabanes dans les arbres, espace de coworking Coworking Définition , école alertanive, résidence d’artistes...
    Nous répondons actuellement à la mise en vente par appel à projet de la ville d’un site boisé de 2 ha...

    La raison d’être d’EurOasis sera d’engager les individus et les organisations vers un avenir plus respectueux, plus fraternel, plus désirable, plus joyeux !

    Pour réussir ce projet toutes les aides et soutiens sont les bienvenus (et nous en avons déjà un certain nombre ;) )

    + d’infos
    https://docs.google.com/document/d/19ChlzpHxzJFon1cLMdi9P_LOkme2gZCafYkuzCWMfn0/edit?usp=sharing

Postez un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Nous suivre