Le Labo de l’ESS est un think tank qui construit, par un travail collaboratif, des axes structurants de l’économie sociale et solidaire, à partir d’initiatives concrètes, innovantes et inspirantes issues des territoires.

Accueil > Le Labo de l’ESS > On parle de nous > Le Labo de l’ESS réfléchit à des innovations en...

Le Labo de l’ESS réfléchit à des innovations en...

Impression ForumPublié le 5 novembre 2018 

Le Labo de l’ESS ESS Qu’est-ce que l’Économie sociale et solidaire (ESS) ?
Définition et présentation de cette économie différente, socialement utile, coopérative et ancrée localement
réfléchit à des innovations en matière d’économie sociale et solidaire. Venu rencontrer Figeacteurs, il a été séduit par des initiatives locales.

Président du PTCE PTCE Pôles territoriaux de coopération économique. (pôle territorial de coopération économique) Figeacteurs, Dominique Olivier recevait, mardi 30 octobre, au café Champollion, des personnalités du Labo de l’ESS ESS Qu’est-ce que l’Économie sociale et solidaire (ESS) ?
Définition et présentation de cette économie différente, socialement utile, coopérative et ancrée localement
(Économie sociale et solidaire), dont le président d’honneur Claude Alphandéry, fondateur du Labo ; Odile Kirchner, ancienne déléguée interministérielle à l’ESS et pilote de l’étude, et Dominique Picard, présidente du chantier « agriculture et alimentation durables » du Labo de l’ESS.
Ce Labo mène, depuis septembre, une étude-action ambitieuse sur les « dynamiques pionnières du territoire » à l’échelle nationale. Et durant deux jours, ils souhaitaient découvrir le PTCE Figeacteurs et certaines initiatives et synergies créées en pays de Figeac, en matière d’économie sociale et solidaire.

Claude Alphandéry, économiste et banquier, était, durant la guerre, responsable de la Résistance dans la Drôme. « C’est dans les maquis, dit-il, que j’ai compris qu’ensemble, les gens pouvaient concevoir de belles idées. Et le Conseil national de la résistance est le résultat de tout un amalgame sorti de là. Lorsque j’ai rencontré Michel Rocard en 1989, j’ai réussi à le convaincre que certaines initiatives d’insertion naissantes pouvaient être une solution. On fait de l’insertion en recrutant des personnes pas forcément productives au début, mais qui le seront en les formant et les dirigeant vers des services spéciaux. Certains territoires l’ont compris, et ce que j’ai vu à Figeac m’enthousiasme vraiment. Les initiatives de Figeacteurs sont un condensé de ce que je voudrais faire ailleurs ».

Après lui, Odile Kirchner revenait sur ses diverses rencontres avec les différents acteurs du territoire rencontrés, notamment les dirigeants de Ratier Figeac : « La réalisation de la crèche d’entreprise ou de la conciergerie avec d’autres entreprises est une réussite. Figeacteurs en a été le catalyseur. La recyclerie de Regain est aussi un exemple. On sent ici un potentiel formidable et une vraie dynamique positive. Nous allons visiter d’autres entreprises ou structures et rencontrer d’autres acteurs, dirigeants ou salariés car tous doivent être concernés ».

La Dépêche du Midi

Lire l’article sur le site de la Dépêche

Postez un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Nos partenaires média

Nous suivre