Le Labo de l’ESS est un think tank qui construit, par un travail collaboratif, des axes structurants de l’économie sociale et solidaire, à partir d’initiatives concrètes, innovantes et inspirantes issues des territoires.

Accueil > Le Labo de l’ESS > On parle de nous > ESS & Culture – Odile Lafond : l’audiovisuel et le documentaire ont aussi (...)

ESS & Culture – Odile Lafond : l’audiovisuel et le documentaire ont aussi leur coopérative d’activité et d’emploi

Impression ForumPublié le 12 décembre 2017 

Profession Spectacle propose à la lecture une série d’articles pour restituer l’expérience des acteurs culturels présents à notre rencontre ProspectivESS du 14 novembre. Dans cet article, retrouvez le témoignage d’Odile Lafond au sujet de la CAE CAE Coopérative d’activités et d’emploi , CLARAbis.

Odile Lafond commence son intervention par une définition des CAE CAE Coopérative d’activités et d’emploi  : "une structure juridique qui s’adresse à des porteurs de projets souhaitant devenir entrepreneurs. Être membre dans une coopérative Coopérative Une coopérative est un groupement d’individus (commerçants, consommateurs, producteurs…) choisissant de mettre leurs moyens en commun afin de satisfaire leurs besoins. permet de facturer, d’avoir des clients, pour qu’ensuite le chiffre d’affaires se transforme en salaire. Il crée ainsi leur propre emploi en tant que salarié."

Avec CLARAbis, les entrepreneurs apprennent le métier de producteur pour s’auto-produire, ainsi "même si la coopérative les héberge, tous les entrepreneurs-salariés développent leur propre marque et sont reconnus par leurs clients et les autres producteurs comme des sociétés de production", explique Odile Lafond.

"La coopérative travaille sur les mutualisations de coûts, dans une optique de solidarité."

Après des rapports un peu compliqués avec les instances officielles, qui ont mis un certain temps à comprendre la logique de la CAE, CLARAbis a "tout de même obtenu l’agrément du CNC" précise-t-elle avant d’encourager l’essaimage de cette réussite.

Les CAE ne sont, en effet, pas encore nombreuses dans le secteur "plus compliqué" de l’audiovisuel. CLARAbis est d’ailleurs la première structure du secteur à choisir cette forme juridique. Pour autant, "les jeunes réalisateurs sont [de plus en plus] réceptifs à la CAE", tient-elle à souligner avant de finir par la dimension entrepreneurial de ce type de structure.

Retrouvez l’intégralité de cet article sur le site de Profession Spectacle.
Vous pouvez également retrouver les différents témoignages des intervenants présents à la rencontre dans la rubrique "On parle de nous".

Postez un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Nos partenaires média

Nous suivre