Le Labo de l’ESS est un think tank qui construit, par un travail collaboratif, des axes structurants de l’économie sociale et solidaire, à partir d’initiatives concrètes, innovantes et inspirantes issues des territoires.

Accueil > Le Labo de l’ESS > On parle de nous > ESS & Culture – Frédéric Ménard : la Coursive Boutaric a rendu vie à tout (...)

ESS & Culture – Frédéric Ménard : la Coursive Boutaric a rendu vie à tout un quartier de Dijon

Impression ForumPublié le 6 décembre 2017 

A notre rencontre ProspectivESS du 14 novembre dernier, plusieurs porteurs de projets culturels de l’ESS ESS Qu’est-ce que l’Économie sociale et solidaire (ESS) ?
Définition et présentation de cette économie différente, socialement utile, coopérative et ancrée localement
présentaient leur expérience : Profession Spectacle revient dans cet article sur l’intervention de Frédéric Ménard, fondateur du PTCE PTCE Pôles territoriaux de coopération économique. La Coursive Boutaric, à Dijon.

"La construction de ce projet est née à la suite de la rencontre improbable d’un acteur culturel et d’un bailleur social. (...) On voulait se rapprocher d’un quartier prioritaire pour mener des projets d’action culturelle". Le nom de la Coursive Boutaric reprend justement "un certain nombre d’éléments du quartier des Grésilles : le nom de notre immeuble s’appelle Boutaric (...) [et] la Coursive est un mode d’organisation architecturale de ces grands ensembles, des années 50 à 70", explique Frédéric Ménard.

Concernant les modes de coopération de ce PTCE PTCE Pôles territoriaux de coopération économique. , Frédéric Ménard aborde notamment "la mutualisation des compétences" et "la solidarité financière" entre les membres du pôle, ainsi qu’une collaboration externe, avec les habitants du quartier et la grande région, Bourgogne-Franche-Comté.

Si "Aujourd’hui, l’immeuble est totalement plein, (...) nous travaillons avec Dijon Habitat sur une plate-forme de 500m2 où transvaser La Coursive Boutaric et ses membres, pour relancer une dynamique dans un quartier qui a besoin de retrouver une attractivité," ajoute également le fondateur du projet.

Selon lui, la Coursive Boutaric est devenu un acteur "économique à part entière, dans le sens où l’ensemble du projet que l’on porte est suivi par le service de développement économique du grand Besançon. Nous sommes plus en lien avec les acteurs du secteur économique de la collectivité qu’avec ceux du service culturel", conclut-il.

Retrouvez cet article dans son intégralité sur le site de Profession Spectacle.

Postez un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Nos partenaires média

Nous suivre