Le Labo de l’ESS est un think tank qui construit, par un travail collaboratif, des axes structurants de l’économie sociale et solidaire, à partir d’initiatives concrètes, innovantes et inspirantes issues des territoires.

Accueil > Le Labo de l’ESS > Adhérer > Il y a mieux que l’ubérisation : l’économie collaborative.

Il y a mieux que l’ubérisation : l’économie collaborative.

 

Au Labo de l’ESS, nous agissons pour que l’économie collaborative soit sociale et solidaire.

Economie collaborative Economie collaborative L’économie collaborative est le nouveau cocktail qui a le vent en poupe. Ses ingrédients sont le reflet d’une base militante qui cherche à concrétiser ses valeurs à travers un renouvellement de la production et de la consommation, et plus généralement une transition de la place du citoyen dans la société. Son développement pourrait permettre de profond remaniements sociétaux, en prenant garde aux nombreuses tentatives de récupération politique et économique (la grande distribution par exemple) sous forme de collaborative-washing. & ESS ESS Le terme d’Économie sociale et solidaire regroupe un ensemble de structures qui reposent sur des valeurs et des principes communs : utilité sociale, coopération, ancrage local adapté aux nécessités de chaque territoire et de ses habitants. Leurs activités ne visent pas l’enrichissement personnel mais le partage et la solidarité pour une économie respectueuse de l’homme et de son environnement.  : je t’aime, moi non plus ?
Au Labo, nous sommes convaincus que pour être collaborative, cette économie doit avant tout être sociale et solidaire.

Les risques de confusions ou les questionnements entre économie collaborative et économie sociale et solidaire ont amené le Labo à s’emparer du sujet dans le cadre de ses rencontres ProspectivESS dédiées à des réflexions de fond sur des problématiques sociétales. Souvent éclipsées des exemples mis en avant pour parler d’économie collaborative (Uber, Airbnb, etc.), plusieurs perspectives d’actions ont été dégagées pour que l’économie sociale et solidaire prenne toute sa place dans cette économie : rendre le périmètre plus lisible pour les usagers en valorisant les plateformes collaboratives dont les usages se rapprochent de l’ESS ; mettre en place des stratégies de conquête entrepreneuriales de l’économie collaborative ; occuper le terrain de l’open data Open data Une donnée (data) est une information brute. Elle est dite ouverte (open) si elle est librement accessible et réutilisable par tous, ceci de manière permanente et gratuite. , des logiciels libres et de la révolution numérique en lien avec l’approche des biens communs Biens communs Définitions .

Il faut également encourager l’ESS à sortir de ses frontières et l’intégrer dans le monde de la French Tech : connecté et novateur. L’acculturation entre ce monde et celui de l’ESS est d’importance : en instaurant un dialogue, nous serons plus à même de construire des projets d’ESS collaboratifs.

Demeure la question centrale des fonds financiers, indissociables d’une R&D et d’investissements en technologie, en marketing et en ressources humaines. L’ESS ne peut rester créatrice d’idées innovantes qui, par manque de moyens financiers et d’ambition, soient réutilisées et travesties par l’économie classique.

Pour ces raisons, le Labo encourage le rapprochement des plateformes collaboratives émergentes de modèles coopératifs de l’ESS. Pour ce faire, il est nécessaire de favoriser des formes hybrides d’entrepreneuriat et de financement, notamment grâce à l’agrément ESUS (Entreprise Solidaire d’Utilité Sociale).

Toutes les informations ainsi que nos propositions se trouvent dans les deux comptes-rendus de nos rencontres ProspectivESS « Economie collaborative & ESS : je t’aime, moi non plus ? » et « Vers une économie collaborative sociale et solidaire ? ».

Vous souhaitez soutenir le Labo de l’ESS dans ses travaux sur l’économie collaborative sociale et solidaire ? Adhérez !

Le Labo de l’ESS est une association Association Une association est le regroupement d’au moins deux personnes, mettant leurs activités ou leurs connaissances en commun, par un contrat d’association (contrat de droit privé). L’objectif de cette convention doit avoir un but autre que le partage de bénéfices entre les parties, d’où l’appellation d’"association à but non lucratif". d’intérêt général Intérêt général La formule intérêt général désigne la finalité d’actions ou d’institutions censées intéresser et servir une population considérée dans son ensemble.

Source : Wikipedia
. La cotisation ouvre droit à une déduction de l’impôt.

Propulsé par HelloAsso

Sur le site de HelloAsso, les déductions fiscales affichées pour les entreprises sont calculées sur la base du % des particuliers. Les tarifs entreprises après déduction fiscale sont affichés ci-dessous.

Adhésion pour les particuliers :

  • Base : 50 €
    Après déduction d’impôt, votre cotisation de 50 euros vous revient à 17 euros
  • Chômeurs/étudiants : 25 €

Adhésion pour les organisations :

  • Petite structure (moins de 500 000 € de budget de fonctionnement) : 500 €
    Soit 200 euros après déduction fiscale
  • Moyenne structure (entre 500 000 € et 1 million d’€) : 1 000 €
    Soit 400 euros après déduction fiscale
  • Grande structure (Plus d’1 million d’ €) : 2 500 €
    Soit 1000 euros après déduction fiscale

Retrouvez ci-dessous des exemples d’initiatives de l’économie collaborative sociale et solidaire que le Labo de l’ESS a sélectionnés pour vous !

Nous suivre