Le Labo de l’ESS est un think tank qui construit, par un travail collaboratif, des axes structurants de l’économie sociale et solidaire, à partir d’initiatives concrètes, innovantes et inspirantes issues des territoires.

Accueil > Nos thèmes de travail > Nouvelles formes d’emploi > Membres du groupe et démarche de travail

Membres du groupe et démarche de travail

 

Le Groupe de travail d’experts pour le chantier Nouvelles Formes d’Emplois du Labo de l’ESS s’organise autour d’une marche favorisant les remontées d’initiatives terrain, l’analyse et la formulation de propositions viables basées sur l’expérimentation réelle.

Nous avons travaillé ce chantier sur trois temps

  • Mener une réflexion sociale et politique sur la question du travail ; casser la conception dominante de la croissance, de la productivité, et du salaire.
  • Analyser plusieurs expériences concrètes de terrain,
  • Faire émerger, à partir de la synthèse de ces études expérimentales, de nouveaux modèles économiques créateurs d’emplois stables ; analyser les notions de qualité de l’emploi en définissant de nouvelles unités de mesure de productivité.

Nos axes de travail

Plan d’action et méthodes de travail

Temps 1 : Mener une réflexion sociale et politique sur la question du travail ; casser la conception dominante de la croissance, de la productivité, et du salaire.

Nous souhaitons créer un débat autour de questions fondamentales sur travail et emploi avant de mener notre analyse de terrain. Cette phase doit nous permettre de cadrer le chantier, tant sur le vocabulaire, que sur les questions politiques qu’il induit.
A titre d’exemple, nous devons sortir des caricatures telles que les notions d’emploi noble et emploi de seconde zone. En définissant clairement le vocabulaire et les concepts relatifs à ce chantier, ces simplifications caricaturales peuvent être infirmées.

Diagnostiquer en quoi le modèle est à bout, étayer par des exemples concrets notre démonstration.

Temps 2 : Analyser plusieurs expériences concrètes de terrain

Partir d’innovations qui intègrent une forme de sécurité et un accompagnement pour trouver les leviers d’un changement de paradigme.
Nous proposons d’analyser plusieurs initiatives et à titre d’exemples (non exhaustif) :

Projet BIGRE
Analyser la mutualisation des formes de travail, pour une flexi sécurité sur la base de principes ESS. Nous pourrions nous appuyer sur l’exemple de la Mutuelle Mutuelle Une mutuelle est un groupement de personnes morales de droit privé à but non lucratif, dont l’adhésion est volontaire. en création BIGRE et les évolutions à venir des coopératives d’activité et d’emploi. De ce point de vue un des objectifs pourrait être de développer de nouveaux liens entre réseaux d’accompagnement des auto- entrepreneurs et Coopératives d’activité.

Projet ATD Quart Mondes
Territoires zéro chômeur initialement promus par ATD Quart monde mais qui sont maintenant relayés par d’autres, comme le Secours Catholique. Le projet de Loi sur un droit à expérimentation concerne de près le Labo de l’ESS.

Projet Pôle Citoyen pour l’Emploi du réseau GNIAC

L’idée de mettre en synergie les réseaux citoyens engagés dans la lutte contre le chômage sur un territoire est essentielle et rejoint les préoccupations citoyennes du Labo.

Nous proposons que l’analyse de ces expérimentations de terrain s’inscrive dans une démarche collective d’innovation. Celle-ci consisterait à :

  • Observer ces expérimentations de terrain à travers la mise en place de systèmes d’auditions, l’organisation de déplacements sur le terrain, et la rédaction de monographies. En nous appuyant sur ce point éventuellement sur des étudiants de grandes écoles.
  • Rédiger de courtes synthèses sur les difficultés rencontrées lors de la conduite de ces expérimentations, les éléments des écosystèmes à modifier, les propositions de politique publique à conduire.
  • Faire le lien avec l’ensemble des chantiers du LABO de l’ESS et de nombreuses initiatives pour dégager des axes de force vers des emplois inscrits sur les territoires et forces de transformations du travail.
  • Aborder des questions comme la question de la flexi-securité ou notre capacité à mutualiser des emplois…

Temps 3 : Faire émerger, à partir de la synthèse de ces études expérimentales, de nouveaux modèles économiques créateurs d’emplois stables ; analyser les notions de qualité de l’emploi en définissant de nouvelles unités de mesure de productivité.

  • Dégager les leviers de changement sécurisés
  • Formuler 7 à 10 propositions qui ont un impact collectif
  • S’assurer de la continuité de notre démarche bottom-up en ne s’arrêtant pas à la simple analyse de ces expériences mais en assurant la promotion de ces initiatives auprès des décideurs par le biais de plaidoyers appropriés. Le Labo de l’ESS pourra s’associer aux différents mouvements de l’ESS.
  • Une publication annuelle formalisera nos analyses et propositions, suivi d’une rencontre pour engager les échanges et valoriser nos propositions.

Participants au groupe de travail

Présidente : Christiane Demontès

Responsable du projet  : Anne Kunvari

  • Amandine Albizzati, La Nef
  • Claude Alphandéry, Le Labo de l’ESS
  • Dominique Babilotte, Coopérer pour entreprendre
  • Marie-José Batlle, Apec
  • Annie Berger, RTES
  • Françoise Bernon, Le Labo de l’ESS
  • Jean-Pierre Caillon, Accès Réagis / ESA
  • Fanélie Carrey-Conte, Le Labo de l’ESS
  • Noémie de Grenier, BIGRE !
  • Adelphe de Taxis du Poet, Ami du Labo de l’ESS
  • Richard Debauve, Le Labo de l’ESS
  • Charlotte Dudignac, Coopérer pour entreprendre
  • Thierry du Bouetiez, GNIAC
  • Philippe Fremeaux, Éditorialiste Alternatives Economiques, Président Institut Veblen
  • Catherine Friedrich, CGSCOP
  • Philippe Froger, Apec
  • Frédéric Gouedard, UDES
  • Richard Hasselmann, Libr’acteurs
  • Cyril Kretzschmar, Oxalis
  • Géraldine Lacroix, Caisse des dépôts
  • Caroline Naett, Coop FR
  • Christian Sautter, Le Labo de l’ESS
  • Philippe Serizier, Caisse des dépôts
  • Hugues Sibille, Le Labo de l’ESS
  • Patrick Valentin, ATD
  • Hugues Vidor, UDES

Nous suivre